Lors de la conférence Humanisation des soins, qui a récemment eu lieu, Martine St-Victor, stratège en communications chez Milagro, s'est entretenue avec Dax Dasilva, fondateur et chef de direction de Lightspeed, de ce qu'il pense du leadership en matière de diversité et d'inclusion.

Découvrez les faits saillants de leur discussion ci-dessous.  

St-Victor : Dans le contexte des bouleversements sociaux que nous avons connus cette année, pouvez-vous nous parler de ce que vous avez fait pour favoriser la diversité et l'inclusion en milieu de travail?

Dasilva : Cet environnement n'a fait qu'accentué la nécessité d'apporter de véritables changements, particulièrement au niveau du leadership. En plus de nous être lancés dans notre propre formation en matière de diversité et d'inclusion, nous avons investi 100 000 $ pour aider le personnel professionnel de race noire qui travaille dans les entreprises technologiques. Nous collaborons avec un certain nombre d'organisations, y compris l'Initiative BlackNorth et nous avons unis nos forces à celles du Board Challenge.

En tant qu'entreprise, nous essayons d'avoir une plus grande conscience des enjeux que nous défendons et des points à améliorer.

Comment le personnel a-t-il répondu à ces initiatives?

La réponse a été très positive, parce que, chez Lightspeed, nous sommes des chefs de file de la diversité et de l'inclusion ainsi que de l'égalité économique : ces valeurs font partie intégrante de notre identité. Et nous voulons à tout prix que notre mode de fonctionnement et l'exemple que nous donnons en tiennent davantage compte.

Avez-vous découvert des faits intéressants sur la diversité à l'interne de l'entreprise?

Oui. Un sondage autoadministré que nous avons récemment mené auprès des employés a révélé ce qui suit :

  • Plus de 25 % des membres du personnel de Lightspeed s'identifient à un groupe ethnique minoritaire.
  • Plus de 16 % se disent membres de la communauté LGBTQ+.
  • 9 personnes sur 10 se sentent à l'aise de parler de leur culture et de leurs origines avec leurs collègues.
  • 83 % du personnel estime qu'il peut être authentique au travail.

Lightspeed a été créée par des membres de la communauté LGBTQ+, dont moi-même. Je crois que nous avons été en mesure d'attirer les talents qui composent actuellement notre équipe en partie parce qu'ils et elles savent que nous croyons en l'égalité des chances.

En tant que dirigeant d'une entreprise mondiale, personne de couleur et membre de la communauté LGBTQ+, sentez-vous le poids d'être sous les projecteurs? 

Il peut parfois sembler risqué de défendre ses convictions ou de prendre une position. Mais, en tant que chefs de file de la diversité et de l'inclusion, si nous ne prenons aucun risque, alors qui le fera? Le monde a besoin de gens qui sont prêts à défendre les enjeux cruciaux, particulièrement en cette période marquée par l'absence de leadership.

Quel message aimeriez-vous transmettre à vos contemporains relativement aux avantages que la diversité et l'inclusion en milieu de travail peuvent procurer?

Je dirais qu'en misant sur la diversité et l'inclusion, une entreprise en sort gagnante. Elle découvre de nouvelles perspectives, qui permettent de trouver des solutions plus riches et de prendre des décisions plus éclairées. C'est également quelque chose qui peut lui permettre de se démarquer des autres. Dans un contexte où la diversité se mondialise et devient de plus en plus organique, celle-ci vous permettra d'exploiter les talents de l'ensemble de votre organisation si vous l'intégrez à votre philosophie.

Si vous songez aux leçons apprises au cours de la dernière année, avez-vous foi en l'avenir?

Je me suis rendu compte que le momentum dicte notre façon de vivre. Au début de la pandémie, nous avons pris une décision : « C'est le temps de nous arrêter pour réfléchir, car la nature nous envoie un message. » Nos vies avançaient à une telle vitesse que nous n'avons pas vraiment pu reprendre notre souffle jusqu'à ce que nous soyons obligés de prendre du recul et de ralentir. C'est pourquoi, au début de la pandémie, nous avons décidé d'utiliser ce temps pour prendre une pause, réfléchir et écouter ce que la nature avait à nous dire.  Nous nous sommes alors posé la question suivante : « Sommes-nous à l'écoute? » 

Après six mois, je pense que nous avons eu le temps de revoir nos horaires et de repenser notre façon de concilier notre travail et notre vie personnelle. Nous avons eu la chance de nous arrêter, d'écouter et de revoir ce que nous voulons faire à l'avenir pour préserver notre santé, celle de nos entreprises et celle de notre planète. 

J'ai la forte conviction que nous aurons tiré des leçons durables de cette pandémie, car elle nous a donné l'occasion de réfléchir au chemin que nous avons parcouru jusqu'à présent. Il nous faut désormais réfléchir à ce que nous voulons accomplir par la suite.

Si vous voulez savoir ce que Dax pense d'autres sujets, suivez-le sur les médias sociaux ou lisez son livre Age of Union.