Dialogue a un an. Nous avons développé un logiciel qui procure une expérience de télémédecine intégrale. Nous avons lancé un nouveau type d’avantage social qui permet aux employés d’avoir accès à des soins de haute qualité à partir de leur téléphone intelligent. Nous sommes à la tête d’un projet médical qui est actif dans quatre provinces canadiennes, et plus encore seront disponibles sous peu. Pas mal, tout de même!

Est-ce que Dialogue est une startup de technologie médicale (Med-Tech)? Pas au sens traditionnel, non.

La plupart des gens imaginent sûrement qu’une startup médicale et technologique (Med-Tech) devrait développer des logiciels ou des dispositifs et les offrirait au secteur de la santé ou aux consommateurs soucieux de leur santé. Dialogue est ce que j’appellerais un hybride de médecine et technologie– une startup de technologie qui offre un service médical.

Une Med-Tech hybride combine une équipe de technologie avec une équipe de médecine dans une seule entreprise qui partage la même vision, stratégie, culture et objectifs. Créer une telle combinaison n’est pas facile, mais en résulte d’excellents services de soins de santé à une vitesse que les fournisseurs de soins de santé traditionnels trouveraient tout simplement impossible d’atteindre.

C’est un nouveau modèle puissant que les entrepreneurs du domaine de la santé devraient prendre en considération.

Comment peut-on marier le côté « médecine » et le côté « technologie » pour former un seul tout? Comment peut-on réconcilier la fameuse devise des startups : « Move fast and break things » avec le serment d’Hippocrate? Voici les éléments-clés que les hybrides de médecine et technologie font autrement.

 

Bâtir un service fondé sur les humains, comme les services de soins de santé

Il y a des milliers de fournisseurs de logiciels de technologie médicale. Ils bâtissent le logiciel et offrent une inscription à un produit logiciel.

Un hybride de technologie et médecine offre également un service, mais ce qui est offert n’est pas un logiciel, mais plutôt un acte médical en soi : une consultation, une analyse, une opinion médicale. De l’extérieur, l’entreprise ressemble davantage à une clinique qu’à une entreprise de technologie.

 

Être en contrôle de l’infrastructure technologique, comme une startup de technologie

Contrairement aux cliniques médicales, les Med-Tech hybrides développent et optimisent leur propre technologie. Dans le cas de Dialogue, nous bâtissons une application qui donne accès aux patients à des services de télémédecine, à une plateforme de soins et à des infirmières qui fournissent un triage et un suivi, ainsi qu’à un système optimisé pour la télémédecine dont l’objectif est de livrer d’excellents services de soins.

Un exemple récent : nous avons remarqué qu’il était trop facile pour les infirmières de ne pas remarquer les messages des patients qui utilisent la plateforme Internet. Les applications Web, en général, ne gèrent pas très bien les notifications en temps réel, et le volume de patients qui ne cesse de grandir rend les choses encore plus difficiles.

Le problème a capté l’attention Victor Repkow, un ingénieur responsable de la plateforme de soins, qui est assis juste à côté de Chloe Eustache, une infirmière clinicienne. Et soudainement, la plateforme de soins n’est plus une application Web, mais une application à part entière qui est compatible avec Windows et macOS.

Les notifications sont gérées nativement par le système opérationnel, et les infirmières bénéficient d’une expérience améliorée. Ce genre de boucle de rétroaction est simplement impossible à recréer quand l’entreprise n’est pas en contrôle de sa pile et son infrastructure technologique.

Au fur et à mesure que notre entreprise se développe, il y a de plus en plus de potentiel dans ce domaine. Il y a un grand nombre d’opportunités d’appliquer la technologie IA pour augmenter le niveau d’intelligence, d’attention et de talent de nos professionnels de la santé. La technologie permettra de livrer des services de santé personnalisés qu’il est simplement impossible d’offrir à cette échelle via le système de soins de santé traditionnel.

 

Ne pas traiter les patients comme des précurseurs, comme les services de soins de santé

Il y a un certain sous-entendu entre les startups de technologie et leurs adopteurs précoces. Les startups s’attendent à ce que les utilisateurs soient actifs, engagés et voulant essayer de nouvelles fonctions même si elles ne sont pas tout à fait prêtes.

Les startups de technologie se fient sur leurs précurseurs pour recevoir des commentaires, faire des tests bêta et obtenir la validation de leurs produits. Les utilisateurs choisissent eux-mêmes d’essayer de nouveaux produits et s’inscrivent pour tester la version bêta la plus récente.

Les services de soins de santé, eux, doivent gérer la santé des utilisateurs et ont souvent la vie de ces personnes entre leurs mains. Ils doivent s’occuper de l’information la plus privée qui soit appartenant à leurs patients. Leur industrie est strictement réglementée pour de très bonnes raisons. Quand il en vient à la santé des gens, il ne devrait pas y avoir de « bêta ».

Les Med-Tech hybrides ne s’attendent pas à ce que les patients soient des bêta-testeurs. Cela veut dire qu’elles sont beaucoup plus attentives à la qualité du produit et sont tout aussi respectueuses des régulations de santé que les autres participants du système de santé.

Un autre exemple de la première année de Dialogue. Alors que nous commencions à explorer l’option d’offrir nos services dans différentes provinces Canadiennes, nous avons appris qu’il existe une complexité de réglementations provinciales qui contrôlent la certification dont les médecins ont besoin afin de fournir des soins. Il s’est avéré que l’emplacement du patient est plus important que sa province de résidence. Nous sommes donc en train de mettre l’application à jour afin de pouvoir obtenir la géolocalisation du patient pour que l’équipe de soins de santé puisse être certaine de traiter les patients adéquatement.

 

Investir dans le design, comme une startup de technologie

Le niveau de négligence du système de santé pour le design est fascinant. C’est plutôt étonnant à quel point une industrie qui est si centrée sur l’être humain puisse avoir un dossier aussi lamentable en termes de design des produits et d’expérience d’utilisateur.

Comparez le système de gestion d’un hôpital à Slack. Comparez l’expérience de réservation de rendez-vous à l’application Uber. Les hybrides de médecine et technologie repensent le design des services de santé et en améliorent grandement la conception, et les rendant plus pratiques et accessibles.

Depuis sa création, le design a reçu une tonne d’attention chez Dialogue, avec Suhaila Baheyeldin et Alena Delena qui élaborent l’expérience pour les médecins et les patients. Afin de se faire une idée du profil qu’un hybride de médecine et technologie requiert, jetez un coup d’œil à notre article récent qui décrit ce que nous recherchons dans un designer de produits. Depuis que j’ai publié cet article, Kylea Parker a rejoint l’équipe.

 

Réunir les professionnels de la santé et les technologues

L’élément le plus critique du succès pour une entreprise de technologie médicale est sans doute les professionnels de la santé qui travaillent main dans la main avec les gestionnaires de produit, les designers et les ingénieurs.

Bâtir une équipe aussi diversifiée et tourner à plein régime, ça prend du travail. Cela requiert une communication constante afin que tout le monde soit sur la même longueur d’ondes. Mais les bénéfices sont énormes. Il est bien connu que les équipes diversifiées ont de plus grandes chances de créer des produits et services incroyables. Nous somme prêt à parier là-dessus.

 

Alexis Smirnov

Alexis est cofondateur et chef de la technologie de Dialogue. Au cours de ses 25 ans de carrière dans l'industrie technologique, Alexis a complété des produits et des services pour des startups et des sociétés du Fortune 100. Il se passionne pour la conception et la commercialisation de produits reposant sur des technologies transformationnelles telles que l’informatique en nuage et l’intelligence artificielle.