Par: Dr Daniel Lalla le 31 mars, 2021
Dr Daniel Lalla

Lorsque, en 1736, il combattait des incendies à Philadelphie, Benjamin Franklin a affirmé : « Une once de prévention vaut mieux qu’une livre de guérison. » Évidemment, il vaut mieux prévenir un incendie que d'avoir à le combattre une fois qu'il a éclaté.

La vaccination permet à votre corps de développer ses propres défenses naturelles et de les utiliser pour combattre une maladie qui lui est jusqu'alors inconnue. Pour éviter que vous ne tombiez malade, un vaccin vous expose, en toute sécurité, à l'avance, ce qui permet à votre corps de se préparer. Cette méthode s'avère d'autant plus utile pour contrer les maladies graves ou très contagieuses qui pourraient submerger vos défenses ou les infections qui peuvent se propager à un grand nombre de personnes. Votre système immunitaire est alors activé et prêt à vous défendre. En ce sens, les vaccins sont très naturels et se servent de vos propres systèmes corporels pour vous aider ultérieurement.

La vaccination n'a rien de nouveau. En fait, elle a été inventée il y a plus de 1 000 ans. Même en 1796 (à l'époque de Benjamin Franklin), Edward Jenner avait remarqué que des animaux en pleine santé exposés à des pustules (beurk!) d'animaux infectés à la variole ne tombaient pas malades, ils étaient plutôt protégés des infections ultérieures. Ce processus remonte même à l'année 1 000 en Asie.

Généralement, les vaccins se composent :

  • De virus inactivés (morts) qui ne peuvent plus vous faire du mal;
  • De virus atténués (affaiblis), qui sont encore vivants, mais rendus inoffensifs pour éviter que vous ne tombiez malade, ou
  • De particules purifiées d'un virus ou d'une bactérie

Lorsqu'il entre en contact avec ces substances étrangères introduites dans votre système, votre corps génère des anticorps à l'avance, et lorsqu'il sera exposé à la maladie, votre système immunitaire saura comment se défendre. Imaginez un policier qui tente de mettre fin à des activités criminelles : le travail est beaucoup plus simple s'il a une photo et une description de la personne qu'il cherche à arrêter que s'il doit surveiller les environs et attendre que le trouble survienne.

 

Comment fonctionne la technologie des vaccins à base d'ARNm et en quoi diffère-t-elle des autres vaccins?

L'ARNm (ARN messager) est une nouvelle technologie utilisée à la première étape de production d'un vaccin : la production de la particule du virus qui déclenche la réponse de votre corps.

Une technique de création de vaccins viraux consiste à cultiver des virus et à les modifier. Par la suite, on peut isoler des particules purifiées de ce virus pour ensuite les injecter aux personnes. On peut également injecter une version affaiblie d'un virus vivant. Ensuite, des études sont menées pour déterminer si ces vaccins procurent la protection souhaitée. Ces études permettent de garantir leur innocuité et leur efficacité.

Il n'est pas toujours facile de produire, d'isoler et de purifier des particules d'un virus. Ce processus se doit toutefois d'être effectué correctement si l'on veut qu'il déclenche la réponse immunitaire qui combattra le véritable virus. Normalement, on choisit des protéines. Mais, tout comme un virus fabrique une protéine, nos corps disposent de tous les mécanismes nécessaires pour fabriquer des protéines, et ils réussissent à le faire à la perfection.

Par exemple, les cellules de la peau et des cheveux produisent de la kératine, la protéine dont se composent nos ongles. Certaines protéines sont des enzymes, qui peuvent réaliser des réactions chimiques, ou qui nous aident à digérer les aliments que nous mangeons, et ainsi de suite. Le noyau d'une cellule contient toutes les instructions qui lui permettent de créer ces protéines sous forme d'ADN double brin. Le corps crée une copie spéciale à un brin (ARNm) d'une particule de cet ADN, qui quitte ensuite le noyau pour pénétrer dans le reste de la cellule. La cellule possède des ribosomes (c'est comme l'imprimante 3D de la cellule) qui prend ce message, lit les instructions et fabrique la protéine qu'il est chargé de fabriquer.

Image 1 : Ci-dessous, la cellule humaine, dont le noyau contient de l'ADN, envoie un ARNm contenant des instructions. L'ARNm quitte ensuite le noyau de la cellule, en se fixant au ribosome, puis, après avoir été transmis dans l'imprimante 3D (le ribosome), les instructions sont lues et une protéine est créée.

covid-19_vaccination_01b-transcription-translation_FR

Les scientifiques arrivent désormais à « copier-coller » la séquence idéale qui indique à notre corps comment créer la protéine qui déclenchera une réponse immunitaire. Le vaccin à base d'ARNm contre la COVID-19 introduit ce message dans nos propres cellules, qui utilisent ensuite les mêmes mécanismes existants pour créer une protéine parfaite, comme le ferait le coronavirus. Reconnaissant ensuite cette protéine comme une substance étrangère, notre système immunitaire prend le contrôle et déclenche une forte réponse immunitaire.

Gardez ceci à l'esprit :

  • La substance ARNm finit par être dégradée et par disparaître
  • Elle ne peut se reproduire
  • Les instructions de l'ARNm ne peuvent modifier votre ADN (le chemin qui mène de l'ADN à l'ARN est à sens unique)

 

Que contient le vaccin à base d'ARNm?

  • Le brin d'ARNm (l’« instruction »)
  • Des lipides (gras) spéciaux permettant d'encapsuler et de protéger cette instruction et de s'infiltrer dans les parois cellulaires
  • De l'eau et une solution tampon à base de sel pour en préserver la stabilité

Image 2: Utilisation de l'instruction de l'ARNm pour que les cellules produisent la protéine spiculaire. Une portion de l'image présente un coronavirus avec une protéine spiculaire. Le brin du vaccin à ARNm (qui contient les instructions pour la fabrication de la protéine spiculaire) est placé dans une couche de gras, se fusionnant avec la cellule, qui libère l'ARNm dans la cellule et qui se sert des mécanismes existants (les ribosomes) pour reproduire la même protéine spiculaire.

covid-19_vaccination_02-sarscov2_FR  


Et voilà! Votre corps prend ensuite le contrôle et s'occupe du reste

Votre corps fabrique la protéine à merveille, directement dans vos cellules, ce qui active votre système immunitaire. Une deuxième dose (qui s'avère nécessaire dans le cas de certains vaccins) reproduit le même processus une seconde fois et stimule davantage la réponse.

Ainsi, si vous avez été vacciné et que vous êtes exposé au coronavirus, votre corps sait déjà comment se défendre. De plus, la vaccination semble être très efficace pour ce qui est d'empêcher les gens de transmettre le virus (les études visant à le confirmer sont en cours, mais il semble très efficace).

Si vous avez d'autres questions sur le vaccin à base d'ARNm contre la COVID-19, rendez-vous dans l'application Dialogue, et notre équipe de soins se fera un plaisir de répondre à vos questions.

Thèmes: Pour les organisations