Par: Mamy Kalambay le 17 février, 2022
Mamy Kalambay

Une étude menée en Ontario a comparé la prévalence des facteurs de santé mentale autodéclarés et l’utilisation des services de santé mentale dans les quatre principaux groupes ethniques d’Ottawa. Elle a révélé que, par rapport à leurs homologues blanc(he)s, les Canadiens et les Canadiennes noir(e)s dont la santé mentale était mauvaise ou passable étaient 25 % moins susceptibles de faire appel à des traitements de santé mentale[1].

La santé mentale des personnes noires est souvent façonnée par les microagressions, le racisme, la discrimination et l’iniquité. Le stress associé à ces expériences peut augmenter le risque de maladie mentale et affecter le bien-être psychologique. Malheureusement, la communauté noire se heurte encore à d’innombrables obstacles lorsqu’il s’agit d’accéder à des soins.

 

La stigmatisation

La stigmatisation associée à la santé mentale dans les communautés noires est très élevée. Selon une étude menée par la santé publique de la ville d’Ottawa, 66 % des participant(e)s croient que la plupart des gens auraient une opinion négative d’une personne atteinte d’une maladie mentale. De plus, 40 % des répondant(e)s pensent que le fait de chercher à se faire soigner pour un problème de santé mentale est un signe d’échec personnel[2]. Une mauvaise santé mentale suscite beaucoup de honte et beaucoup de gens pensent que c’est un signe de faiblesse. Cette croyance largement répandue a une influence sur la communauté noire dans son ensemble, empêchant les individus d’aborder leurs difficultés.

 

Les préjugés des fournisseurs et l’inégalité des soins

Historiquement, les personnes noires ont été affectées négativement par les préjugés et la discrimination dans le système de santé. À ce jour, des individus font encore face à des préjugés conscients et inconscients de la part de prestataires, ce qui peut entraîner de mauvais diagnostics et des traitements inadéquats, et une certaine méfiance à l’égard des professionnel(le)s de la santé mentale.

 

Le manque de soins culturellement appropriés

Trouver un(e) professionnel(le) de la santé mentale noir(e) en Amérique du Nord peut être très difficile. Le manque de représentation et de professionnel(le)s culturellement approprié(e)s, c’est-à-dire des professionnel(le)s qui comprennent les dynamiques et les complexités qui caractérisent les communautés noires, fait qu’il est difficile pour une personne de demander de l’aide. Cela est particulièrement vrai si la personne a l’impression que le (la) professionnel(le) est incapable de s’identifier à son expérience ou de comprendre son point de vue. En fait, un sondage réalisé en 2018 a révélé que 60 % des Canadien(ne)s noir(e)s seraient plus disposé(e)s à utiliser des services de santé mentale si le (la) professionnel(le) de la santé mentale était noir(e)[3].

 

Les iniquités systémiques

Historiquement, la communauté noire a toujours été désavantagée sur le plan économique. Les personnes confrontées au chômage ou à des revenus inférieurs à la moyenne peuvent ne pas avoir accès à la sélection de services de santé mentale disponibles pour celles qui peuvent payer de façon privée ou accéder à des régimes d’assurance couverts par leur employeur. En général, les communautés noires ont souvent moins de services ou de programmes de santé mentale à leur disposition.

 

Ce qui peut être fait

Voici quelques-uns des obstacles auxquels les personnes noires sont confrontées au moment où elles ont besoin de soutien en matière de santé mentale. Heureusement, il existe des solutions pour que les personnes qui ne sont pas noires, les organisations et les professionnel(le)s de la santé, fassent une différence.

 

Donner la parole aux leaders noir(e)s

Les organisations et les employeurs jouent un rôle essentiel dans la création d’espaces inclusifs et solidaires. Au moment de mettre en place des programmes ou des initiatives pour la santé mentale, il est essentiel de faire participer des représentant(e)s et des décideur(-euse)s noir(e)s qui peuvent défendre les besoins variés de leurs communautés. Pensez à faire appel à des employé(e)s et à des collègues noir(e)s pour connaître leur avis. Les décisions importantes doivent tenir comptent des personnes qu’elles visent à servir.

 

S’inscrire à une formation sur la compétence culturelle

Pour ceux et celles qui servent ou travaillent aux côtés de personnes noires, ce type de formation peut vous aider à mieux comprendre les facteurs importants qui contribuent à la mauvaise santé mentale des communautés noires. L’objectif de la formation sur la compétence culturelle est de vous aider à prendre conscience de vos préjugés et à acquérir les compétences nécessaires pour soutenir les communautés qui ont besoin d’une approche en matière de soins adaptée à leur culture.

 

Intégrer des soins adaptés à la culture

Si vous êtes en mesure de fournir des soins ou des conseils, veillez à vous renseigner sur la communauté que vous servez. Comprendre comment la culture façonne les expériences et les croyances, et fournir des soins en conséquence, peut aider les communautés noires à devenir plus fortes et plus en santé. Cela peut également permettre d’établir une relation de confiance entre les prestataires de soins et leurs patient(e)s. 

 

Augmenter le recrutement et la rétention des professionnel(le)s noir(e)s

Le manque de représentation des personnes noires dans les soins de santé est un obstacle important qui doit être abordé. Pour une personne qui cherche à se faire soigner, il est essentiel de pouvoir discuter de ses problèmes avec quelqu’un qui peut les comprendre, afin d’obtenir un traitement adéquat. Pour les personnes qui recrutent, il est essentiel de garantir la diversité dans le processus d’embauche en accueillant davantage de professionnel(le)s issu(e)s des communautés noires.

 

Sensibiliser les gens quant aux ressources disponibles

Les ressources en matière de santé mentale dans les communautés noires sont limitées. Cela dit, les professionnel(le)s de la santé devraient se familiariser avec les programmes qui sont spécifiquement offerts aux communautés noires. Voici quelques exemples de ressources disponibles.

  • Montréal en action : Une liste de spécialistes de la santé mentale PANDC à Montréal (en anglais seulement). 

  • Le Black Healing Fund : Une liste régulièrement mise à jour de thérapeutes noir(e)s, indigènes et de couleur à Montréal.

  • Centre de ressources multiculturelles en santé mentale (CRMSM) : Des ressources en matière de santé mentale pour les personnes d’origines culturelles et ethniques diverses et renseignements sur la manière de trouver des services de santé mentale culturellement adaptés.

  • The Lavender Collective : Un répertoire des professionnel(le)s de la santé mentale PANDC à Montréal.

  • Multi-Écoute (514-737-3604) : Écoute, assistance et soutien psychosocial pour les populations immigrées.

  • Espace Mieux-Être : Soutien en matière de santé mentale et de consommation de substances.

  • AMI-Québec : Un organisme communautaire qui s’est engagé à aider les personnes à vivre avec les conséquences de la maladie mentale en offrant des services de soutien, de formation, d’information et d’action sociale.

  • Jeunesse, J’écoute : Un service en santé mentale en ligne disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 (en anglais et en français) pour les jeunes Noir(e)s.

 

Comment Dialogue peut-elle aider?

Chez Dialogue, nous comprenons que de nombreuses personnes ont vécu un grand nombre d’expériences négatives au travail et dans leur vie personnelle. C’est pourquoi nous nous engageons à créer un lieu de travail où les employé(e)s de toutes origines se sentent en sécurité, soutenu(e)s et entendu(e)s. Nous nous efforçons de défendre la santé mentale au sein de notre organisation et dans nos interactions avec les membres, en offrant un soutien à diverses communautés par le biais de nos services. Si vous êtes à la recherche de ressources en matière de santé mentale, apprenez-en davantage sur nos programmes.

 

Les professionnel(le)s de la santé mentale

Si vous souffrez de stress, d’anxiété, de dépression ou d’un autre problème de santé mentale, notre équipe de praticien(ne)s de la santé mentale peut vous aider. Elle travaillera avec vous pour élaborer un plan de traitement et vous soutiendra jusqu’à la rémission. Les consultations sont totalement virtuelles et confidentielles. Ainsi, si vous n’êtes pas prêt(e) à parler de votre santé mentale avec vos ami(e)s ou votre famille, vous pouvez quand même obtenir le soutien dont vous avez besoin.

 

Les boîtes à outils d’autosoins

De nombreuses personnes se sentent mal à l’aise ou hésitent à s’adresser à un(e) professionnel(le) de la santé mentale. Si c’est votre cas, les autosoins peuvent être la meilleure option pour vous. Nos boîtes à outils d’autosoins sont cliniquement prouvées pour vous aider à gérer l’anxiété quotidienne, le stress, la tristesse, la mauvaise humeur, et plus encore. Et le meilleur dans tout ça? Vous pouvez les utiliser à tout moment, n’importe où et à votre rythme.

 

Accordez la priorité à votre santé mentale dès aujourd’hui.

Consultez un(e) spécialiste

 

Ressources
  1. Ethnic Differences in Mental Health Status and Service Utilization: A Population-Based Study in Ontario, Canada

  2. La santé mentale de la communauté noire d’Ottawa

  3. Braquer la lumière sur la santé mentale dans les communautés noires

  4. Exploring the Mental Health Stigma in Black Communities

  5. Addressing Mental Health in the Black Community

  6. Black Mental Health Matters: Resources for Learning and Change

Thèmes: Santé et mieux-être