Depuis un certain temps déjà, les praticiens de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique travaillent fort dans le domaine des soins de santé. Les outils et les algorithmes de l’IA ont ouvert la voie à la pratique de la médecine clinique à grande échelle. Ils ont également permis à des sociétés comme Dialogue d’innover la télémédecine de sorte à en faire une prestation de santé indispensable en milieu de travail.

 

La télémédecine d’hier et d’aujourd’hui

L’une des premières utilisations de l’intelligence artificielle dans les soins de santé impliquait la reconnaissance de la parole à des fins de transcription médicale. Toutefois, depuis lors, les possibilités d’application des technologies de l’IA se sont multipliées dans divers créneaux.

« L’apprentissage automatique a connu beaucoup de succès dans le domaine de l’imagerie médicale, par exemple », déclare Alexis Smirnov, Directeur de la technologie de Dialogue. « Cela a entrainé d’énormes progrès dans l’analyse des balayages physiques tels que les mammographies. Cependant, ce qui nous passionne particulièrement c’est le potentiel de l’IA en télémédecine. »

Il y a de nombreuses années, la télémédecine a été développée comme une modalité alternative au diagnostic et au traitement de patients, et ce, à l’aide des technologies de télécommunication. Smirnov relève que la plupart des services de télésanté disponibles ne bénéficient pas de l’intelligence artificielle, alors que sa mise en application est devenue assez courante aux États-Unis, par exemple.

« Les possibilités d’automatisation sont très restreintes lorsque le service se limite à une communication entre médecin et patient, par téléphone ou par vidéo. Par contre, au cours des dernières années, les grands opérateurs ont commencé à reconnaître qu’afin de continuer à étendre leurs services, ils devraient appliquer l’automatisation à certains aspects de la télémédecine. »

Grâce à sa capacité reconnue d’accélérer et de rationaliser le parcours des soins du patient, la télémédecine, renforcée par l’IA, a la capacité de diminuer les coûts associés à la prestation de soins de santé de qualité à grande échelle. Et dans ce sens, dit Smirnov, des entreprises comme Dialogue se démarquent comme étant les principaux innovateurs du secteur de la télémédecine, tout en restant minoritaires.

Devrions-nous être préoccupés par l’utilisation de l’IA en télémédecine ?

Les avantages de l’intelligence artificielle dans les soins de santé semblent évidents : l’IA est le candidat le plus prometteur pour automatiser les tâches administratives et combler les lacunes existantes dans les soins primaires. La télémédecine assistée par l’IA offre aux entreprises de nombreuses possibilités de réduction des coûts associés à des problèmes tels que l’absentéisme, et ce, tout en améliorant l’équilibre entre le travail et la vie personnelle des employés. 

Cependant, il faut tenir compte du potentiel de problèmes d’éthique et d’erreurs médicales. C’est pourquoi Smirnov estime que lorsqu’il s’agit de prendre des décisions médicales, il reste juste et sage de maintenir un scepticisme sain à l’égard des systèmes d’IA dans le domaine de la santé.

« Chez Dialogue, nous sommes d’avis que la technologie d’IA n’est pas assez avancée pour émettre des jugements humains, basés sur la médecine — en particulier lorsque l’on tient compte des facteurs humains qui entrent en jeu dans ce type de décisions. Cela dit, il existe toutefois une grande différence entre prendre des décisions médicales et optimiser les composantes non médicales du parcours de soins du patient. »

Plus précisément, selon Smirnov, l’automatisation évoluée de l’IA améliore en permanence l’expérience du patient en adaptant efficacement les médecins à la télémédecine. Plutôt que de les remplacer, la technologie d’IA est, en fait, en mesure d’aider les médecins de manière à ce que des soins de haute qualité puissent être rendus accessibles à davantage de personnes.

De nombreuses interactions entre patient et télémédecine impliquent la navigation dans un système de soins de santé complexe. L’IA peut, par exemple, être utilisée pour alimenter des processus de recommandation personnalisés qui identifient la clinique, le laboratoire ou la pharmacie la plus proche du patient, et ce, sans intervention médicale. En même temps, les agents conversationnels activés pour l’IA fonctionnent comme des assistants médicaux 24 heures sur 24 en collectant les données des patients et en connectant les utilisateurs directement aux sources médicales appropriées.

 

Comment l’intégration de l’IA améliore-t-elle le parcours du patient

Le parcours de soins soutenu par Dialogue commence par la collecte de renseignements auprès des patients, et ce, de manière autonome, à l’aide d’agents conversationnels pour créer une expérience de conversation. 

« Il s’agit essentiellement de collecter une image complète et précise du patient », explique Smirnov, « ce qui améliore la prise de décision médicale qui en découle. À l’aide de données détaillées à portée de main, un professionnel de la santé peut déterminer avec précision s’il passe le patient à l’étape suivante. Une fois cette décision prise, très souvent son exécution est immédiate. »chat-fr

Smirnov décrit l’exemple d’un patient souffrant d’un problème de dermatologie. Une fois le contact établi à travers la plate-forme de télémédecine de Dialogue, un agent conversationnel collecte les informations du patient et peut même demander qu’une photo soit envoyée. Les données ainsi que la photo sont ensuite validées par un professionnel de la santé. 

Si l’étape suivante implique la prise d’un rendez-vous avec un dermatologue, le processus peut être à nouveau automatisé. De cette manière, le fournisseur de soins de santé demande simplement au système d’amener le patient à la prochaine étape de son parcours, ce qui accélère le processus de soins et permet une expérience patient plus efficace. 

« Nous aimons le terme intervention humaine pour décrire le concept de prise de décision des professionnels de la santé avec l’aide de l’IA », commente Smirnov. « De plus, chaque système développé par Dialogue et mis en place devant un patient est par nature un système à intervention humaine. »